By Sarah,
member of Expect Everything
French Editorial board

 

My name is Sarah, I am 15 years old and I study at Charlemagne high school in Paris. I really enjoy chemistry, physics and psychology but I am not really passionate by biology, sociology and economy. I have always been interested in brain functioning and how it handles extreme situations. All the tricks allowing our brain to unconsciously protect ourselves from pain that would certainly be unbearable if we had not any filters attest its ingenuity. We usually don’t even know the existence of those tricks and this is what intrigues me. I will highlight 3 of the main reactions that best represent the mechanisms used by our brain to maintain an emotional stability.

 

1) Repression:

Repression is the mechanism that allows our brain to distance ourselves from cause of extreme anguish. The cause of our fear is burying into the unconscious in order to forget about it. Repression is the most commonly used mechanism and it participates in fuelling our unconscious. Yet, if repression is too often used, that is if each painful moment is repressed, it could lead to negative consequences. Repressing every unpleasant moment can indeed lead to create superfluous stress and, in some cases, neurosis.

 

2) Denial:

Denial consists in refusing to acknowledge a real event; it is the negation of reality of human perception. It is considered as the opposite of repression because, while repression is about burying memories that cannot be handled by the brain, denial is about rejecting those memories by categorizing them as impossible. Denial can have benefits in case of traumatizing events but it can also impede adaptation to reality, and, if it lasts too long, it can lead to neurosis.

 

3) Sublimation:

Sublimation is the transformation of a negative feeling into a useful and socially acceptable activity. It is the most beneficial and less destructive solution as it helps evacuating negativity through a self-valued and socially approved activity. Usually induced by social and moral education, sublimation enables people to better adapt to their environment. Sport, for instance, can be considered as a common form of sublimation.

 

I recommend the following videos for further information:

 

About the author

 

How did your interest in brain functioning start? (courses? magazines? series ?)

I started being interested in psychology because of an amateur manga which mentioned the Cotard syndrome. I never thought that such complex health diseases could exist before I heard about this syndrome. This discover intrigued me and I wanted to know how brain could change people’s perception to this point. From questions to questions, this research progressively became a full occupation.

 

Did you get the occasion to study this subject at school?

Not at all.

 

Is this subject related to what you want to do in your professional life or is it just a personal interest (or both)? 

This is only personal curiosity; I would like to become a dentist.

 

Which educational stream would you like to join in 2nd year of high school? Why?

I would like to join either the general scientific stream or the laboratory sciences and technologies stream as they are the best options to prepare to medical studies which are known to be long and difficult studies.

 

How did you find this video? Did someone recommend it to you?

Not really, I found it someday in the recommendations section on Youtube. I first watched a video on depersonalization which I liked a lot so I decided to subscribe to the Youtube channel.

 

Do you often watch videos about sciences?

Yes I watch quite a lot of such videos, it is always interesting to learn things. I often watch videos of trash, doc seven, smart cat….

 

Has this video been useful in your everyday life?

Yes, it allowed me to better understand this subject as well as to better empathize with people whom reactions I did not always understand.

 

Why would it be interesting to share it with others?

Psychology is not, at least in France, a well-known field. In addition, it is not really appreciated because of preconceived ideas. For example, when I spoke about psychology to some of my friends, the first thing they told me was “psychology is unhealthy. Psychologists are too weird… ». Thus I would like to act on these prejudices as I think psychology is fascinating and it disappoints me to see such a paramount domain avoided by most people while it could help them solve (or avoid) many of their issues or relationship misunderstandings.

 

Do you think that a multidisciplinary approach is a more interesting way to tackle scientific themes? Why?

I think that mixing disciplines is an attractive and playful way of learning. This mostly helps to show different ways of thinking which I believed is not the case in the secondary educational system in which disciplines are too strictly separated. However, it is hard to combine various disciplines without making it too complicated to understand. I thus believe that mixing disciplines can be very enriching in the extent that each discipline is already well understood by students.

 

What would you like sciences to discover about brain?

I would like sciences to discover why we all have the same basic feelings (fear, sadness, euphoria…) and how they work. In addition, I would like to know how we can learn something in an unconscious and intuitive way and why it cannot work for some people (people with dyslexia for example).

 

 

En français ….

Je m’appelle Sarah, j’ai 15 ans, j’étudie au lycée Charlemagne à Paris. J’apprécie la chimie, la physique et la psychologie, j’apprécie moins l’économie, les S.V.T., et la sociologie. Personnellement, j’ai toujours été intéressée par les moyens que le cerveau employait pour gérer des situations extrêmes. Toutes ces astuces permettant à notre cerveau de nous protéger inconsciemment de certaines souffrances, qui seraient surement insupportables si nous y avions été confrontés sans filtre, témoignent d’une‟ ingéniosité” dont on ne soupçonne généralement pas l’existence, et c’est cette ingéniosité qui m’intrigue. Par soucis de longueur, je ne présenterai que 3 réactions qui, selon moi, sont les plus représentatives des mécanismes utilisés par notre cerveau pour préserver une certaine stabilité émotionnelle.

 

1) Le refoulement:

Le refoulement est le fait d’enfouir la cause de l’angoisse extrême au fin fond de son inconscient afin de l’oublier totalement. C’est le mécanisme le plus couramment utilisé et grâce auquel le subconscient est constitué. Mais s’il fonctionne de manière trop spontanée, c’est-à-dire si chaque moment désagréable est refoulé, on finit par ne percevoir que des interdits, ce qui crée un stress superflu et peut provoquer une névrose plus ou moins prononcée.

 

2) Le déni :

C’est le refus de reconnaitre un événement réel et donc une négation de la réalité de la perception humaine. Le déni est considéré comme l’opposé du refoulement car, lorsque ce dernier enfoui les souvenirs que le cerveau souhaite dissimuler, le déni, lui, rejette totalement ces mêmes souvenirs en les classant dans le domaine de l’impossible. Le déni peut être salutaire en cas d’évènement traumatisant, mais s’il empêche l’adaptation à la réalité ou s’il dure trop longtemps, il peut aboutir à une psychose.

 

3) La sublimation:

La sublimation est la transformation d’un sentiment négatif en une activité utile et acceptable socialement. C’est la solution la plus bénéfique et la moins destructrice pour la personnalité car elle permet d’évacuer sa négativité dans une activité valorisée par soi-même et approuvée par la société. Généralement induite par un conditionnement au travers de l’éducation sociale et morale, elle permet un meilleur développement social de l’individu et une adaptation à son environnement plus efficace. L’activité sportive est une des formes les plus courantes de sublimation.

Pour plus d’explications, je vous conseille ces vidéos :

 

A propos de l’auteure :

Je m’appelle Sarah, j’ai 15 ans, j’étudie au lycée Charlemagne à Paris. J’apprécie la chimie, la physique et la psychologie, j’apprécie moins l’économie, les S.V.T., et la sociologie.

 

D’où vous est venu votre intérêt pour les sciences du cerveau ? (Une série ? un magazine ? des cours ?)

J’ai commencé à m’intéresser à la psychologie à cause d’un manga amateur qui parlait du syndrome de Cotard, maladie psychiatrique qui se traduit par un sentiment d’immortalité : les personnes atteintes se croient déjà mortes et ne ressentent plus la douleur, la faim, la fatigue etc. Avant, je n’avais jamais pensé qu’il existait des maladies mentales aussi complexes que ce syndrome. Cela m’a intriguée, j’ai voulu savoir comment le cerveau faisait pour changer à ce point la perception d’un individu sans qu’il ne s’en rende compte. Et j’ai fini par aller de questions en questions jusqu’à ce que ces recherches pour le plaisir deviennent une petite occupation à part entière.

 

Avez-vous eu l’occasion d’étudier ce sujet pendant votre scolarité ?

Du tout.

 

Ce sujet a-t-il un lien avec ce vous souhaiteriez faire plus tard ou est-ce par curiosité personnelle (ou les 2)?

C’est simplement par curiosité personnelle, je voudrais devenir dentiste.

 

Quelle filière souhaiteriez-vous intégrer en 1ere ? Pourquoi ?

J’aimerais intégrer une filière S ou STL car c’est ce qui me préparera au mieux aux études de médecine connues pour être longues et difficiles.

 

Comment avez-vous trouvé cette vidéo ? Est-ce quelqu’un qui vous l’a recommandée ?

Pas vraiment, je l’avais trouvée dans mes recommandations youtube, un jour. J’ai vu la vidéo sur la dépersonnalisation, ça m’a plu, et j’ai continué de suivre cette chaine jusqu’à aujourd’hui.

 

Regardez-vous souvent des vidéos sur les sciences ? Etes-vous abonnée à une chaîne youtube par exemple ?

J’en regarde pas mal, c’est toujours intéressant de se cultiver. Je regarde régulièrement les vidéos de certains youtubeurs comme trash, doc seven, smart cat…

 

Cette vidéo vous a-t-elle servi dans la vie de tous les jours ?

Oui, elle m’a permis de me mieux me connaitre et de faire preuve de plus d’empathie envers d’autres personnes dont je ne comprenais pas toujours les réactions à certains événements.

 

Pourquoi serait-il intéressant de la partager avec d’autres ?

La psychologie n’est pas, en tout cas en France, un domaine particulièrement ‟connu” ou apprécié à cause de certaines idées préconçues (exemple : quand j’ai parlé de la psychologie à certaines de mes amies, la première chose qu’elles ont dit est : «La psychologie, c’est malsain. Les psychologues sont trop bizarres… » Et j’aimerais enlever ces préjugés car la psychologie est fascinante, en tout cas pour moi, et car cela me désole de voir un domaine aussi capital délaissé par la plupart des gens alors qu’il pourrait résoudre (ou en tout cas, leur éviter) pas mal de problèmes ou de malentendus dans le relationnel avec d’autres individus.