English version

Our French youth panel met on 26 March 2016 to discuss science, but also gender, and above all, to give recommendations to the European Commission on how to put in place programmes to attract more young people to science.

Our panel representatives during this meeting were: Elisabeth, Nicolas, Louise, Hamed, Maude, Samuel , Théo , Gabrielle, Emma, Marvin, Marie, Jeanne, Aubin and Sarah (thank you, guys!!)

From the some proposed questions a lively conversation was borne and here is what they said:

The first question our panel discussed was about what comes to their minds when thinking about science.

Most of our panel agreed about their love for practical and hands on experiments, new technologies and to understand how the world works. Maths and physics were considered tough and some of our panel members rejected them altogether. However, there is a balance between boys and girls in the panel for what they like and what they don’t.

 

The second topic that was discussed had to do with what they think when it comes to skills, occupations, jobs and school subjects. They discussed if in their mind some skills and professions were related to boys, related to girls, or related to both? Among others biology, computing, art, smartphones, crafts, wood-work and many more.

Interestingly, our panel was aware of the stereotypes attached to some professions and skills. Words given for girls were often linked with health jobs, nursery, life sciences and cosmetics. For boys, it was more about computing/informatics as well as the professions related to manual labour. When it came to both boys and girls, the result was mixed: from education to arts.

 

With these results in mind, the group thought about the most important question of the afternoonWhat would they do if they had to advise the European commission on how to attract more young people into STEM fields? What programmes would they recommend?

 

Our advisers proposed the following programmes:

  • European internships: Increase the number of internship opportunities (at national level) to raise awareness on the different career possibilities by meeting professionals of those fields and understand if the job can be interesting for us or not.
  • European internships: Increase the number of internship opportunities (at national level) to raise awareness on the different career possibilities by   meeting professionals of those fields and understand if the job can be interesting for us or not.
  • Give an economic bonus to those students that complete their scientific studies.
  • Meet professionals within scientific fields (rather than counsellors) in order for the students to understand what they like. To achieve this, the selection of professionals should be based on outstanding and not so well known professions.
  • « Sponsoring » of scientific projects for students that just graduated from (scientific) high school by young scientific laureates or young professionals in: contemplate the possibility of taking part in one of the projects of the young laureates/professionals.
  • More hands on, experimentation in schools and high schools. More scientific materials/ supplies available in primary and secondary schools.
  • More open days in Universities for students to gather information so more students can attend them.
  • In order to overcome financial obstacles, make available more funding for students who wish to study in expensive universities.
  • We need more campaigns to communicate scientific projects, both for girls and for boys. We need more pan European communication campaigns, and we need them to focus on the girls. The campaigns should show that girls have the same skills as boys.
  • We need to develop more campaigns about science to encourage young people to take part in this sort of projects out of school: it is more interesting for young people to choose themselves the projects they want to get involved in.
  • Promotion of scientific literature to start to trigger the interest in science and make experiments in class since the youngest age, even if they cannot be fully understood.
  • Put in place an app: each player can build their own city with scientific activities and different career paths to explore discover and research while learning about these professions and their impacts without being too pedagogical: it needs to remain funny. Players can have the option of visiting others cities.
  • More school visits to science centres.

Now…. Do you have any ideas on how to get more young people into science?

********************************************************************************************************

Version Française

Notre panel de jeunes français s’est réuni a Universcience le 26 mars 2016, pour pouvoir partager et discuter de science, de genre mais surtout pour donner des recommandations à la Commission Européenne pour mettre en place des programmes pour attirer plus de jeunes aux filieres scientifiques.

Les représentants du panel de jeunes français pour cette réunion ont été : Elisabeth, Nicolas, Louise, Hamed, Maude, Samuel, Théo, Gabrielle, Emma, Marvin, Marie, Jeanne, Aubin and Sarah (Merci beaucoup pour votre aide !)

Les questions proposes ont donné lieu à une conversation animée et voici un compte rendu de ce qui en a été discuté :

La première question posé à notre panel, c’est qu’est-ce que le mot science évoque pour eux,  quand ils entendent  le mot « Sciences à quoi est-ce qu’ils pensent ?  Notre panel pense à la géométrie, aux maths, a des théories. Bref, la plupart des membres du panel pense à des apprentissages trop scolaires ! Ils demandent à faire plus d’expériences,  des travaux de groupe, et une forte majorité n’aime pas ce côté trop « théorique » des sciences.  Notre panel veut comprendre comment le monde  marche.  Les maths et la physique sont parfois considérés trop  difficile, et même quelquefois elles sont totalement rejettes ! Cependant ce que ce panel aime, et n’aime pas est équilibré dans le genre.

Le deuxième sujet qui a été discuté par notre panel est en relation avec le genre. A-il une relation avec les professions, les matières et les aptitudes.  Lorsqu’ils pensent à des techniques, ou à des métiers, scolaires ou universitaires, est-ce qu’ils les associent personnellement plus aux filles, aux garçons ; et d’autres sont-elles associées autant aux filles qu’aux garçons ? Entre autres ils ont réfléchi aux mots menuisier, portable, ordinateur, français, biologie. Mais il y en avait bien plus!

Les membres de notre panel sont bien conscients et conscientes des associations faites et de l’existence de stéréotypes dans les métiers et matières en général.  Les mots associés avec les filles sont souvent lies aux métiers de la sante, infirmerie, science de la vie, cosmétiques. Pour les garçons, c’est plutôt ordinateurs/ informatique ainsi que les travaux manuels. Et pour garçons et filles, là on trouve un mix : de l’éducation à l’art.

Avec tous ces résultats en tête, le groupe a commencé à réfléchir, à la question la plus importante de l’après-midi :

S’ils devaient conseiller la Commission européenne, et qu’ils devaient  trouver des solutions pour attirer des élèves dans les filières scientifiques et trouver comment plus les intéresser  quels programmes mettraient t’ils en place?

Voici leurs propositions:

  • « Stage européen » : sensibilisation pour différents métiers : métiers concrets à la rencontre d’ingénieurs dans différents pays qui intéressent les jeunes ; plus de possibilités de stages en entreprise pour savoir si un métier nous plait au niveau national
  • Primes (argent) données aux élèves étudiant les sciences qui iraient jusqu’au bout des études scientifiques
  • rencontrer des professionnels/professionnelles dans des métiers scientifiques « en vrai » plutôt que rencontrer les conseillers et conseillères en orientation, pour que chaque élève puisse comprendre ce qui lui plait. Choisir aussi des métiers qui sortent du commun.
  • parrainage de projets scientifiques de personnes issues de filières scientifiques en collège/lycée par des jeunes diplômés en sciences ou jeunes professionnels : possibilité de participer un peu à un des projets des jeunes diplômés
  • plus de manipulations/d’expériences dans les collèges-lycées ; proposer plus de matériels scientifiques dans les classes primaires et secondaires
  • plus de portes ouvertes, accueillir les élèves dans les universités/grandes écoles pour des journées renseignements (elles sont souvent que sur une journée et tout le monde ne peut pas y aller
  • aide financière aux élèves pour intégrer des écoles chères (ingénierie : limiter obstacles financiers)
  • faire des campagnes de publicités pour des projets scientifiques, aussi bien pour les filles que les garçons : Plus de campagnes au niveau européen plus centrées sur les filles : montrer à travers ces campagnes que les filles ont les mêmes compétences que les garçons
  • Faire plus de campagnes sur les sciences (ex : « elles de sciences ») et inciter les jeunes à participer à ce type de projets en sortant du cadre scolaire : cela est plus intéressant pour les jeunes qui choisissent par eux-mêmes les projets
  • Promouvoir la littérature de vulgarisation scientifique pour commencer dès le plus jeune âge à s’intéresser aux sciences et faire des expériences scientifiques en classe dès le plus jeune âge même si l’on n’est pas encore en mesure de les comprendre
  • Mettre en place une application smartphone : chaque joueur et joueuse construit une petite ville avec des activités scientifiques et différents métiers pour explorer/découvrir/rechercher en apprenant les différents métiers et leurs impacts sans être trop pédagogique : cela doit rester un jeu amusant. Les joueurs/joueuses doivent pouvoir visiter les villes d’autres joueurs/joueuses.
  • Plus de sorties scolaires dans des centres de sciences

 

Et vous, quelles sont vos idées pour attirer plus de jeunes vers les filières scientifiques ???